Vendredi 30 avril 1915

Nous bûchons encore toute la matinée après notre abri et maintenant, étayé comme il est, nous ne craignons absolument rien.

A 14h le chef, le sous chef et les chefs d’équipes partent reconnaître les tranchées, le poste de secours et d’évacuation. Buat y est parti. Je fais partie de son équipe. Le soir on l’attend je vais à la paille dans une meule sur la route d’Arras. Il faut faire  deux kilomètres pour avoir de la paille fraîche. Enfin il rentre très fatigué vers 19h.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>