Vendredi 2 mai

Nous continuons notre installation électrique. Des copains rentrent de perme un peu à toute heure durant la journée. Nous avons la visite du chef et du sous-chef qui eux sont rentrés aussi d’hier. Nous ne faisons rien de la journée et aussitôt après la soupe du soir, nous allons faire un petit tour en ville.

Nous traversons la place Fabert ou place de l’hôtel de ville avec en face la cathédrale. Cette place est un peu resserrée et est loin d’égaler la place Stanislas de Nancy. Les tramways (deux voitures) sillonnent partout. Nous passons dans la rue Serpenoise (grande rue commerçante). Ma foi, nous remarquons des devantures et des vitrines assez coquettement achalandées. Le ravitaillement doit arriver régulièrement. L’Esplanade formée par les jardins et promenades sont pour la ville un lieu de repos, de promenades et d’agrément. D’un côté de grandes allées plantées de marronniers et de l’autre des tilleuls ; à un bout la statue du maréchal Ney, le jet d’eau et le bassin ; au milieu le kiosque à musique et à l’autre bout une fontaine. Il existe journellement un service de transport par bateau à vapeur de Metz à Moulins ; jolie promenade par la vallée de la Moselle.

La place de Metz est entourée de redoutables fortifications, enceinte de murailles, redoutes, arsenaux, bras de Moselle, ponts dont les abords sont défendus par des constructions bizarres masquant des travaux de défense.

Au loin les montagnes* et côteaux environnants sont couronnés de forts tels le mont St-Quentin, le plateau de Gravelotte et beaucoup d’autres vers Pagny-sur-Moselle. Ceux là surplombent la belle vallée de la Moselle. Une quantité de casernes et de bâtiments militaires occupent largement un tiers de la ville. Je pense bien que la garnison de Metz à elle seule devait égaler celles de Nancy et Toul réunies. Enfin pour résumer, Metz était classée comme place forte de premier ordre.

Un petit tour en ville : les rues sont en général étroites mais les boulevards extérieurs sont magnifiques, très larges et les promenades ombragées de chaque côté. Nombreux établissements et immeubles construits sur le style allemand : ouvertures rectangulaires et toitures bizarres, pierre rougeâtre en partie telle la gare  et en face l’hôtel des postes.

La gare est immense et bien aménagée. Tout le confort y règne. Des buffets immenses, salles de jeux, buvettes, fumoirs, salles d’attente, salles de douches et bains, consignes etc., etc. L’intérieur ressemble à une église avec des vitraux coloriés partout et des parois en carreaux émaillés. Le tout est voûté et supporté par de grosses colonnes avec des passages souterrains pour aborder les quais. Enfin c’est une construction colossale qui de l’extérieur n’a pas un beau coup d’œil. Elle ressemble plutôt à un château féodal surmonté de son donjon du haut duquel plusieurs cadrans indiquent l’heure de gare dans un rayon très espacé.

Presque partout en ville il y a des horloges électriques et l’éclairage des principales rues est donné par de gros globes incandescents électriques suspendus au milieu de la chaussée et à intervalles assez rapprochés.

*les côtes de Moselle

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>