Mardi 28 septembre 1915

Même service que la veille. Nous sommes continuellement sonnés dans les boyaux et c’est une chance que nous ne soyons pas touchés. Les attaques continuent toujours sans cesser sur toute la ligne. Nous ne pouvons plus progresser. Mais la droite et la gauche avancent lentement il est vrai, mais sûrement. La côte de Tahure devient menacée ; celle du Mesnil sera très dure à prendre.

Beau temps et nuit très fraîche.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>