Mardi 26 février

De très bonne heure les deux artilleries sont en activité intense.

Que se passe-t-il encore ?

Vers 5h, trois équipes sont demandées pour Montsapin. On se lève et comme nous nous chaussions arrive un contre-ordre. Le message téléphonique n’était pas pour le poste de secours central du 26ème. Un téléphoniste avait fait une erreur de numéro. Nous nous recouchons en attendant le jour.

Le temps s’éveille admirablement et le soleil devient déjà bon. Malgré tout, nous préférons le temps pluvieux ou brumeux… pour la tranquillité.

Quelques gros obus mélangés  d’obus à gaz tombent vers 8h dans le fond de notre ravin. Pas d’accident fâcheux à signaler. Vers 8h30 les 4ème et 5ème équipe sont envoyées au devant de deux blessés au relais de Montsapin. Il nous faut mettre notre masque pour passer dans le boyau qui conduit au relais. Le boyau fut bombardé ce matin de bonne heure avec des obus à gaz ypérite. Nous sommes même obligés de nous baisser le plus possible en marchant car certains endroits sont surveillés par les « drachens » qui sont en face de nous. Bien entendu ce n’est pas utile de leur dévoiler notre présence de crainte d’être bombardés.

L’homme qui nous est amené n’est pas un blessé mais un intoxiqué. En le ramenant, quelques rafales d’obus à gaz ne tombent pas très loin de nous, aussi nous ne nous attardons pas. Nous arrivons enfin au poste de secours central. Essoufflés sous notre masque et ruisselants de sueur. Nous reprenons haleine un instant et nous le transportons ensuite au (226).

Après-midi très mouvementé. Beaucoup d’avions ennemis nous surveillent. Tirs incessants contre-avions et contre-batteries. Canonnade très intense à notre droite vers Douaumont ou Vaux. Défilé d’hommes intoxiqués au poste de secours, un blessé également.

De nouveaux  modèles de masques (A.R.S)* sont arrivés. Les compagnies de mitrailleuses en sont déjà pourvues et les officiers aussi. Mais plutôt que d’en donner au personnel sanitaire, on préfère en donner aux ordonnances etc. Enfin ça ne changera jamais, pour n’importe quel service, c’est de même…

Ce matin les Boches ont tenté un coup de main sur nos avant-postes. Nos guetteurs étaient rentrés dans notre tranchée de première ligne de sorte qu’ils ne trouvèrent personne. Nos mitrailleuses et le barrage de nos « 75 »  les ont dispersés. Il n’y a pas eu de blessés.

A l’heure actuelle, on dénombre plus de cinq cents hommes évacués au régiment par suite d’intoxication lente. Deux équipes marchent pendant la 1ère partie de la nuit, elles ramènent également deux officiers intoxiqués du relais de Montsapin.

Nuit calme, la pluie commence à tomber.

*Appareillage respiratoire spécial

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>