Lundi 28 octobre 1918

Beau temps.

Vers 10h15 bombardement intense de notre part sur notre droite. Nous pensons à l’attaque qui était prévue depuis quelques jours. Bien vite le régiment est alerté. Ordre de nous tenir prêts à partir de suite. Nous mangeons la soupe, attendons tout l’après-midi et les heures s’écoulent ainsi. Le calme revient peu à peu. Seules quelques pièces continuent leur tir de contre-batteries et contre-avion.

Nous avons tous le bonheur et la joie d’apprendre à l’instant, à 15h par radio  (T.S.F.) que l’Autriche Hongrie accepte intégralement toutes les propositions du Président Wilson : Les bases de l’armistice et de la paix.

Elle demande à négocier de suite les propositions de paix qui leur sont imposées sans s’occuper de l’Allemagne.

Un beau début. Les puissances centrales commencent à s’écrouler.

L’Allemagne reste maintenant seule et la Turquie isolée là-bas en orient sera obligée de capituler à son tour d’un moment à l’autre. Nous voyons dès maintenant la fin bien proche.

Dans la soirée les avions ennemis viennent survoler nos batteries d’artillerie et leur lâchent des bombes. Dans la nuit nous entendons au loin les éclatements sourds d’obus toxiques. Rien de plus à signaler.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>