Lundi 27 septembre 1915

Toujours même poussée en avant avec coopération de l’artillerie qui n’a pas encore cessé de tonner un seul instant depuis le premier jour de l’attaque. Les chasseurs attaquent à nouveau mais au deuxième jour la progression est trop vive et le bataillon se trouve cerné.

Ceux qui veulent revenir, se frayent un passage à la baïonnette.

Aussi, sur 1300 hommes, il en revient 400 ; le reste est tué où  fait prisonnier. Il en a été de même d’un bataillon du 79ème le premier jour.

Le nombre des blessés diminue au 26ème, aussi sommes nous divisés en deux groupes se relevant toutes les six heures ce qui nous permet de prendre un peu de repos (il n’est que temps !).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>