Jeudi 30 septembre 1915

Toujours et encore même service, même ouvrage dans les boyaux. Dans la nuit, en voulant aller chercher un pionnier blessé, un brancardier est tué d’une balle dans la tête, un autre pionnier est tué de même et celui qui est blessé meurt dans la nuit. Dans l’après-midi, violent bombardement de la route de Beauséjour et des tranchées de 4ème ligne à l’aide de gaz lacrymogènes. Nous mettons nos cagoules et pouvons ainsi les supporter. C’est la première fois que nous les sentons.

Un lieutenant commandant un détachement du 26ème est tué sur la route avant même d’avoir vu les tranchées.

Temps superbe.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>