Jeudi 1er mai 1919

Nous quittons Favresse vers 1h30 et roulons vers Bar-le-Duc, Commercy. Maintenant il fait jour. Dehors la pluie tombe et la neige fond peu à peu. Nous passons Toul et à Frouard, au lieu de continuer sur Nancy, nous bifurquons vers Pont-à-Mousson, Pagny-sur-Moselle (ancienne gare frontière) puis nous rentrons en Lorraine annexée, pour arriver à la grande gare de marchandises et  triage de Metz Sablon et ensuite à la gare centrale de voyageurs de Metz. Notre train ne s’y arrête pas. Nous remarquons seulement le grand hall vitré, « construction kolossale » et les passages souterrains. Nous continuons à Metz nord et descendons à la gare de permissionnaires de Metz-Woippy à 11h et quart. Nous sommes déjà éloignés de la ville de deux bons kilomètres et il  faut revenir sur nos pas pour aller à notre caserne qui se trouve en ville près de l’usine électrique (casernes Chambières – cour Marceau). Nous cassons la croûte dans un café avant de rentrer au quartier. Il ne faut pas séjourner longtemps en ville aujourd’hui car à l’occasion du 1er mai la ville est consignée à toute la troupe jusqu’à minuit. Seules les patrouilles s’y promènent pour s’assurer que le calme y règne et qu’il n’y a pas d’outrageuses manifestations.

Vers 14h nous nous décidons de rentrer au quartier car il n’y a certainement  rien d’installé pour nous recevoir étant donné que toute la Musique était en perme et que nous rentrons dans les premiers. Au bureau de la Cie H.R. on nous indique quel bâtiment et quelles chambres nous devons occuper. Ayant tous les renseignements nécessaires nous allons au 2ème étage et trouvons les chambres qui nous sont réservées dans un désordre et une malpropreté nauséabonde. Les bras nous en tombent. Il nous faut commencer par tout nettoyer avant d’aménager.

Nous allons à d’autres étages dans des chambres inoccupées afin d’y trouver le matériel dont nous avons besoin : couchettes en fer, tables, bancs etc. ensuite paillasses que nous bourrons de crin végétal, sacs de couchage et enfin nous trouvons nos sacs.

La nuit arrive et notre chambrée est terminée. Il ne nous reste plus qu’à installer l’éclairage électrique. Pour ce soir, nous prendrons des bougies. Impossible d’aller faire un tour en ville le quartier étant consigné.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>