Du lundi 24 février au dimanche 2 mars 1919

Rien d’extraordinaire à signaler. Toujours la même vie monotone au camp. La démobilisation continue à s’effectuer comme prévu. Période de mauvais temps. Journellement nous continuons à donner concert au camp sauf les jours de pluie.

De temps à autre quand la fantaisie me prend, je saute dans le train de 15h50 pour rendre visite à mes parents durant quelques heures et repartir par le train de 4h28 du matin. Ce n’est pas long, c’est vrai mais on est tous heureux de se revoir surtout depuis si longtemps que j’ai quitté la maison. Marius fait de même.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>