Dimanche 31 janvier 1915

Je n’ai pas  fermé l’œil de la nuit. Pourtant ce matin, grand soulagement. L’abcès est percé. Tout mon pansement est souillé d’humeur. Après la visite, le major me le nettoie, fait sortir encore ce qu’il peut, ensuite l’enduit de pommade à l’oxyde de zinc pour retirer le reste. Je ne sors plus à la promenade.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>