Vendredi 31 janvier

Posté dans la catégorie "Le récit"

Toujours l’hiver rude, la gelée persiste. Répétitions matin et soir. Maintenant il n’est plus question de quitter le camp pour se rendre à Nancy. Nous resterions ici pour continuer la démobilisation de l’armée territoriale c’est-à-dire jusqu’au 3 ou 5 avril prochain. Ma foi, nous aimons autant rester ici plutôt que d’aller ailleurs surtout que les déplacements se feront toujours à pied et savoir comment l’on tombera chaque soir pour cantonner et passer la nuit soit dans des granges ou sinôts*  par un temps si froid…

*terme de Georges pour désigner un grenier à foin situé au-dessus d’une étable

Mercredi 29 janvier

Posté dans la catégorie "Le récit"

Toujours la gelée. Les corvées sont terminées et dès ce matin, nous reprenons nos répétitions et étude de nouveaux morceaux. Comme les permissions de vingt-quatre heures sont suspendues pour toute la France maintenant, je demande quand même au chef l’autorisation de m’absenter toute la journée de demain pour aller la passer chez moi. Satisfaction m’est accordée. Bien entendu il ne faut pas se laisser prendre en route. Sans aucun ennui et aucun incident je saute dans le train en gare à 15h30 qui m’amène à Troyes vers 17h45. Je vais chez Buat emprunter la bécane de Marius pour m’éviter la route à pied. A 8h je suis chez moi. Bien entendu mes parents sont heureux de ma visite.

Mardi 28 janvier

Posté dans la catégorie "Le récit"

Rien de changé encore aujourd’hui. Je crois que les corvées prendront fin ce soir. La démobilisation continue. Maintenant nous nous plaisons assez au camp surtout que nous y sommes bien logés. Il paraît que nous partirions pour Nancy vers le 5 ou 6 février.