Dimanche 31 décembre 1916

Posté dans la catégorie "Le récit"

Journée de repos. Pansage. Je vais voir les copains de temps en temps.

Nous touchons gâteaux, champagne pour fêter la nouvelle année.

Encore une de terminée.

1917 verra-t-elle la fin de la guerre vraiment ?

On espère toujours et en fin de compte, jours, semaines, et mois passent sans en voir la fin prochaine ; que c’est humiliant tout de même.

Samedi 30 décembre

Posté dans la catégorie "Le récit"

Etant affecté au T.C. du 2ème bataillon et celui-ci étant de service aujourd’hui, je m’attends à atteler. Après le réveil, pansage, soupe à 10h30.

J’attelle à 11h pour mener une voiture de fil de fer barbelé à la gare de Jeandelaincourt à trois kilomètres.

De retour vers 13h, Je laisse tout garnis et mange la soupe à 15h. Tous les conducteurs du 2ème bataillon attèlent à 16h pour conduire le matériel.

Je vais au bois d’Aulnoye (vingt-cinq kilomètres aller et retour.). Nous sommes accompagnés par un agent de liaison (musicien). Le voyage s’effectue dans de bonnes conditions et je rentre à 20h30.

Nous recassons la croûte et passons une bonne nuit. Le régiment tient un secteur de sept kilomètres de large qui côtoie la Seille (frontière franco-allemande)

Vendredi 29 décembre

Posté dans la catégorie "Le récit"

Il a gelé au matin. L’après-midi, le temps se couvre. Journée de repos pour les équipes qui ont marché hier et avant-hier.

Je change de linge. Douches. Dans l’après-midi, je suis désigné pour aller au train de combat remplacer un conducteur partant en permission. Nouveau fricot encore pour les musiciens.

Depuis la dernière relève des conducteurs ; ils n’en ont laissé qu’un pour deux chevaux. Donc quand un s’absente maintenant il faut des remplaçants. Un clairon y est aussi depuis quelques jours. Enfin pour rendre service, j’y vais, que je fasse cela ou autre chose… et puis ce n’est pas pour bien longtemps (une douzaine de jours).

Je me rends au T.C.* et prends connaissance de mon emploi : soigner et panser deux chevaux et, tous les trois jours : voyage de matériel aux bataillons en lignes donc deux jours de repos pour un jour de travail.

Jeudi 28 décembre

Posté dans la catégorie "Le récit"

Nous retournons toute la journée au matériel pour charger des bobines de fil de fer barbelé, des piquets, chaux, ciment, gaulettes lisses etc.

Après la soupe du soir : deux wagons à décharger (bois de chauffage pour les cuisines et piquets d’un mètre cinquante). Le temps s’est maintenu.