Mercredi 31 mars 1916

Posté dans la catégorie "Le récit"

Temps superbe. Nous ne faisons rien durant toute la matinée.

L’après-midi arrive avec l’ordre de nous tenir prêts pour partir à 15h. Nous démontons rapidement nos tentes, bouclons notre sac et quittons le bois de Récicourt à 15h pour nous rendre à Vignéville petit hameau à deux kilomètres du bois, jusqu’à présent pas bombardé. Nous arrivons vers 16h et devons rester ici.  Chaque soir, trois équipes de brancardiers partiront pour la nuit faire la relève à Esnes*, village situé à environ trois kilomètres du front.

On s’installe tous dans un cantonnement qui nous est réservé et à la nuit deux équipes de musiciens et une de clairons partent à Esnes. Nous mangeons la soupe et  passons une bonne nuit malgré le bruit ou plutôt le vacarme que font toutes les pièces qui nous environnent.

*Esnes-en-Argonne

Mercredi 29 mars 1916

Posté dans la catégorie "Le récit"

La canonnade fait toujours rage de notre côté. Nous attaquons et reprenons entièrement le bois de Malancourt, importante position pour nous à cause du Mort-Homme. Nous faisons des prisonniers et prenons quelques pièces d’artillerie.

A la nuit un bataillon du 26ème prend les premières lignes, un autre est en réserve et le 3ème en repos dans le bois de Récicourt près de nous. Les pionniers et téléphonistes sont également partis. Nous restons en séjour ici pour travailler.

Vers 19h, les Boches contre-attaquent le bois de Malancourt. Violente canonnade. Pas de succès pour eux.

Mardi 28 mars 1916

Posté dans la catégorie "Le récit"

Nuit et journée de pluie. Nous deux Marius restons à l’abri sous notre tente. Canonnade violente et intermittente la nuit dernière et toute la journée malgré la pluie qui tombe à l’averse. Nous ne faisons rien.