Lundi 1er février 1915

Posté dans la catégorie "Le récit"

Assez bonne nuit, le mal suppure encore et le pansement est refait comme la veille. Repas et promenade habituelle. À cette dernière je m’abstiens toujours, l’air est très vif et froid dehors.